À propos de Qalqalah

Qalqalah قلقلة est une plateforme éditoriale et curatoriale dédiée à la production, la traduction et la circulation de recherches artistiques, théoriques et littéraires en trois langues : français, arabe et anglais. Créée en 2018 dans un contexte politique, médiatique et intellectuel français marqué par les discours et les actes réactionnaires, autoritaires et discriminatoires, Qalqalah قلقلة revendique une position féministe, inclusive et intersectionnelle. Elle s’appuie sur la traduction en tant qu’outil de production et de réception de savoirs situés, à même de rendre visibles les rapports de pouvoir et les possibilités d’invention et d’affection qui se jouent entre des langues, des temporalités et des contextes marqués par l’héritage colonial, les conflits et les révoltes contemporaines.

Née de multiples conversations avec des chercheur·euse·s, des artistes, des œuvres, des textes, des institutions ou des écoles, Qalqalah قلقلة accueille des contributeur·trice·s engagé·e·s dans l’articulation de problématiques artistiques, politiques et sociales depuis des localités multiples. Au-delà d’être un espace de publication, Qalqalah قلقلة est pensée comme un lieu d’attaches, où cultiver des amitiés durables, des liaisons génératives et des affections multiples. Les mères, les sœurs, les complices et les amant·e·s y ont toute leur place, au même titre que les philosophes, les travailleur·euse·s de l’art et les héroïnes de science-fiction. Consciente de la précarité à l’oeuvre dans le milieu de l’art dont elle est issue, Qalqalah قلقلة s’efforce, dans la mesure de ses moyens, de créer et de partager des ressources, y compris économiques, pour ses contributeur·trice·s.

Qalqalah قلقلة emprunte son nom au personnage de deux nouvelles de fiction de la curatrice et chercheuse égyptienne Sarah Rifky. L’héroïne, Qalqalah, est artiste et linguiste, habitant un futur proche où les notions de langage, d’art, d’économie et de nation se sont effondrées sans bruit. Elle déploie ses réflexions poétiques et politiques autour des langues et de leur pouvoir imaginant — celui de raconter autrement le monde pour le transformer. Dans cette perspective, les sens multiples du mot arabe qalqalah – selon Sarah Rifky, « un mouvement du langage, une vibration phonétique, un rebond ou un écho » – résonnent, pour nous, comme de possibles tactiques de navigation.

En arabe dialectal marocain, qalqalah signifie « le fait de soutirer une information de manière détournée ». En kazakh, қал қалай? (prononcer qal-qalai) est une expression de bienvenue, similaire à : « comment allez-vous ? » En farsi, Qelqelak قلقلک veut dire « chatouiller ».